Appel du congrès FO ESR de mars 2019

FO ESR appelle à renforcer le syndicalisme libre et indépendant dans l’enseignement supérieur et la recherche

Réunis en congrès les 12 et 13 mars 2019, les délégués du SNPREES-FO et de SupAutonome-FO décident de fusionner en une seule organisation, le syndicat national Force Ouvrière de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (FO ESR).

FO ESR, syndicat libre et indépendant, se constitue au moment même où :

- le constat peut être fait des conséquences dévastatrices des réformes des années passées, toutes ● contre les personnels (gels des postes, refus de titulariser les contractuels sous-payés, gel du point d'indice, PPCR, RIFSEEP, "évaluation", atteintes réitérées à l'indépendance des universitaires et à la liberté de la recherche, extensions horaires nocturnes et du W.E. dans les bibliothèques, fonctionnarisation destructrice des droits des personnels CROUS, externalisation des services ...) ● contre les établissements (LRU, COMUE et fusions, mutualisation des CROUS ...) ● contre l'enseignement et les diplômes (baccalauréat, licence, master et doctorat passés à la moulinette de décrets austéritaires qui réduisent les contenus disciplinaires et déqualifient ces diplômes, loi ORE et Parcoursup, accréditations en lieu et place des habilitations ...) ● contre la recherche (ANR, recherche sur projets, recherche régionalisée et CNRS démantelé ...), réformes que les syndicats maintenant unis dans FO ESR ont toutes combattues et que FO ESR continue de combattre ;

- de nouvelles réformes sont lancées ou annoncées, dans la continuité d’une logique de régression à tous les niveaux : ● recrutements en recul, notamment dans la recherche ● expérimentations en matière de regroupements d'établissements (dérogatoires à tous les droits, y compris des personnels) ● attaques contre le DUT et les IUT, "professionnalisation" de la licence ● loi dite de "programmation" de la recherche qui programme surtout la désertification de la recherche publique ● réforme du recrutement des enseignants des premier et second degrés, réforme Blanquer du baccalauréat et de "l'école de la confiance" ..., toutes réformes que FO ESR combat et dont il demande le retrait.

FO ESR, syndicat fédéré et confédéré, est d'autant plus indispensable qu'en ce moment même sont annoncées de nouvelles attaques contre les fonctionnaires et l'ensemble des salariés, notamment :

- une réforme de la fonction publique qui est une réforme structurelle visant à mettre fin à la fonction publique de carrière, et à terme, à supprimer le statut général ;

- une réforme des retraites porteuse d'attaques inédites contre le niveau des pensions de tous, dans le public comme dans le privé. Pour les fonctionnaires, cette réforme exige en préalable l'abrogation du régime spécial qu’est le Code des pensions civiles et militaires, alors même qu'il s'agit d'un élément clé du statut de la Fonction publique.

Pour toute réponse, alors que la crise sociale ne cesse de s'intensifier, le gouvernement organise une mascarade nommée "grand débat" - refusé par FO -, met en place une répression au caractère politique évident et produit un projet de loi liberticide, dit "anti-casseurs", qui vise en réalité à empêcher de manifester.

Dans cette situation, le congrès estime nécessaire la mobilisation pour bloquer la politique de ce gouvernement, obtenir le retrait des contre-réformes et appelle à préparer la grève interprofessionnelle du 19 mars.

Dans cette situation, le congrès invite ses adhérents à organiser la résistance à tous les niveaux, face aux présidences ou directions d’établissements comme face au gouvernement, pour défendre leurs statuts et leurs libertés.

Dans cette situation, le congrès FO ESR invite les collègues de l’enseignement supérieur et de la recherche à s'organiser pour résister, revendiquer, reconquérir, en rejoignant le syndicalisme libre et indépendant, le syndicalisme Force Ouvrière, en adhérant à FO ESR.

Paris, le 13 mars 2019