Réunion sur la fonctionnarisation des personnels ouvriers des CROUS

Le ministère confirme les reculs de cette fonctionnarisation au rabais

Ce 25 septembre, les Organisations Syndicales ont été reçues au ministère pour faire un point sur la fonctionnarisation. L’ensemble des dangers et des reculs que cette fonctionnarisation implique ont été confirmés.

Pour une information objective des personnels, nous rapportons ici les faits, rien que les faits :

  • Le ministère lui-même admet que les pertes au niveau des retraites seront importantes (entre 25€ et 250€ par mois) et que les déroulements de carrière seront ralentis pour beaucoup d’agents, donc que le nombre de Personnels Ouvriers (PO) qui feront le choix de la fonctionnarisation sera faible.

  • Les PO rémunérés sur des grilles supérieures par tableaux d’avancement seront perdants s’ils choisissent de devenir fonctionnaires : ils seront reclassés dans leur échelle métier d’origine (donc ralentissement de carrière). Cela concerne plus de 1500 PO (sur 8000).

  • Les collègues à l'échelle 5 qui passeront fonctionnaires seront positionnés en C2 (iso-rémunération garantie par de l’indemnitaire et non par un indice égal ou légèrement supérieur). Cela va là encore ralentir leurs carrières sur plusieurs années. Ils ne seront pas automatiquement positionnés au niveau C3 comme le prévoyait le protocole « cela se fera en fonction de la grille ». Plus de 3000 PO sont potentiellement concernés !

C’est dans ce contexte que le ministère n’a prévu qu’une première vague de 1000 emplois de fonctionnaires par recrutements réservés début 2019, et une autre éventuellement possible en fin d’année 2019.

A la demande de FO, un document de 4 pages sera donné aux agents par le CNOUS (avec information et simulations sur les carrières, retraites, etc…) pour que les PO puissent individuellement prendre leur décision en toute connaissance de cause.

Régressions tous azimuts !

Certains syndicats se réjouissent de cette fonctionnarisation. Pourtant, non seulement le ministère prévoit que moins d’un quart des personnels ouvriers choisira de devenir fonctionnaire mais de plus, le protocole d’accord du 4 mai 2017 que FO n’a pas signé implique la régression sociale déjà en marche depuis la rentrée :

  • perte de nos vraies fiches métier (= officialisation de la polyvalence et poly-compétence)
  • fiches de poste avec contraintes de mobilité géographique et rectifiable tous les ans
  • flicage des agents (instauration des pointeuses) sous prétexte de paiement des heures supplémentaires
  • attaques contre les carrières des CDI
  • fin des embauches en « équivalent échelle 5 » (car l’échelle 5 devient une échelle de promotion)
  • aucune garantie sur les créations de postes (désormais du ressort du Ministère et du plafond d’emploi)

Deux points positifs validés par le gouvernement

  • À la demande de Force Ouvrière : la revalorisation des grilles des PO sur celle de la fonction Publique début 2019, avec perspective d’équivalence pour les échelles «3, 4, et 5 », pas pour les échelles supérieures, et sans effet rétroactif ni mise à niveau sur le déroulement de carrière dans les grilles.
    Rappel :
    pour les PA des CROUS cela a été mis en place dès le 1er janvier 2017, soit deux ans de perte pour les PO.

  • Face au tollé provoqué par la fin programmée des mutations inter-CROUS (que seul FO a dénoncé publiquement), le Ministère rend à nouveau possible la mobilité nationale pour les PO contractuels.

Mais la revalorisation n’est qu’un rattrapage avec retard, le bilan de la fonctionnarisation est lourd de conséquences négatives pour les personnels !

Le 6 décembre 2018, au moment de voter, n’ayez pas la mémoire courte !

Votez FO, seul syndicat à se battre contre la fonctionnarisation au rabais et pour le maintien de tous les acquis !!

Montreuil, le 1er octobre 2018

Face aux attaques, il faut arriver à créer le rapport de force :
ne restez pas isolés, rejoignez FO ESR,
rejoignez le 9 octobre la mobilisation interprofessionnelle
en défense des garanties collectives et des statuts !