Le SNPREES-FO est présent dans les Universités, les IUT, les IUFM, les Ecoles d'Ingénieurs, les Grands Établissements, au CNRS, à l'IRSTEA, à l'IRD, à l'INSERM, dans les CROUS etc...
Il a vocation à syndiquer tous les personnels de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche quels que soient leurs statuts et leurs catégories.
Actualité

Plan Bibliothèques ouvertes :
démagogie et surenchère sur le dos des personnels

Le ministère lance un plan « bibliothèques ouvertes », axé sur l'élargissement des horaires d'ouverture des BU le soir, le week-end et pendant les vacances.

Ce n'est pas le premier plan : les bibliothèques universitaires sont passées d'une moyenne d'ouverture de 40 heures en 1988 à 61 heures aujourd'hui (chiffres du ministère). A quel prix et dans quelles conditions ?


Rassemblement devant le MESR le 26 janvier
NON à l’application du RIFSEEP : la pétition nationale totalise plus de 8000 signatures

Les syndicats à l’initiative de la pétition contre le RIFSEEP (FO, CGT, FSU, SNPTES, SUD, CFTC-INRA) avaient demandé à être reçu par le Secrétaire d’Etat à l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, M. Thierry Mandon, le matin de la journée du 26 pour porter l’exigence des signataires de la pétition que le RIFSEEP ne soit pas appliqué.

Déjà le 13 janvier un rassemblement à l’appel de FERC Sup CGT, CGT INRA, SNPREES-FO et SupAutonome-FO avait eu lieu devant l’annexe du ministère ou siège la DGRH, pour exiger l’abandon du RIFSEEP, le jour où se tenait un groupe de travail sur le sujet (http://snpreesfo.fr/snprees/documents/cr-rifseep-2016-01-13.pdf).


Communiqué SNPREES-FO et SupAutonome FO du 20 janvier 2016

Dans chaque Université, dans chaque établissement d’Enseignement supérieur et de Recherche, les personnels et les étudiants sont confrontés aux conséquences de la mise en œuvre des mesures et budgets gouvernementaux.
Dans chaque établissement, les personnels combattent contre ces mesures, et multiplient les initiatives auprès des Présidents et Directeurs.

Le SNPREES-FO et SupAutonome FO prennent l’initiative de publier régulièrement les informations que leurs syndicats leurs transmettent, pour contribuer à unifier la résistance des personnels contre la dislocation imposée par l’autonomie instituée par la loi LRU, puis aggravée par la loi Fioraso de territorialisation (avec notamment la mise en place des COMUE).